Interview Thierry Gueorgiou (Course d'Orientation) – 08/2008

Thierry Gueorgiou est un orienteur français, surnommé "Tero" dans le milieu de l’orientation. Spécialiste des courses de moyenne distance, il domine actuellement cette discipline par ses victoires lors des championnats du monde d’orientation (WOC) en 2003, 2004, 2005, 2007 (Ukraine) où il remporte également le sprint, et la moyenne distance en 2008 (Tchéquie). Vainqueur de la Coupe du Monde en 2006 et 2007, il est actuellement premier au classement mondial des orienteurs.
Tero allias « l’homme boussole du Forez » se confie sur Nutri-site ...


Nutri-site : Bonjour Thierry. Peux-tu nous dire deux mots sur ton sport ?

Thierry Gueorgiou : La définition officielle de la course d’orientation, c’est une course individuelle contre la montre, en terrain varié, sur un parcours matérialisé par des postes de contrôle à découvrir, en se servant d’un document cartographique, et d’une boussole. Mais évidement pour moi, c’est bien plus que ça, c’est d’abord un contact vraiment privilégié avec la nature. Aucun autre sport ne peut se vanter de pénétrer autant au cœur de la forêt. Parfois, on a vraiment l’impression d’être le premier à poser son pied sur ce tapis de mousse perdu au fin fond de la Scandinavie.
Je pense que c’est un peu les mêmes sensations qui amine le gars qui ouvre une nouvelle voie en alpinisme, ce parfum d’aventure qui attend l’orienteur derrière chaque buissons, c’est bon, j’ai bien vendu le truc (rires) ?

Nutri-site : A quel niveau la diététique peut elle t’aider à optimiser ton entraînement et réaliser des perfs ?

thierry gueorgiou coThierry Gueorgiou : Je pense que la diététique est une notion fondamentale dans n’importe quel sport de haut niveau. On ne peut pas espérer réaliser des perfs sur la durée en négligeant cet aspect, c’est clair. Au moment de décerner les médailles sur une course de championnat du Monde, tout pèse dans la balance.
Evidement les entraînements des derniers mois et années restent la base de la performance. Mais tout est lié, manger correctement permet de donner à son corps les moyens de récupérer, d’augmenter les charges d’entraînements, ou d’éviter de tomber malade par exemple.
Mais, je pense, que la diététique doit faire partie intégrante de sa « philosophie d’entraînement » comme doit le faire la qualité de sa récupération. On ne peut pas espérer atteindre le top niveau en limitant son investissement uniquement aux heures d’entraînement proprement dites. Il faut essayer d’avoir une vision globale, alliant harmonie et volonté de mettre toutes les chances de son coté.

Nutri-site : Est-ce que c’est un sujet que tu maîtrise bien maintenant ou considère tu que tu as encore des lacunes à combler ?

Thierry Gueorgiou : J’ai certainement encore des lacunes à combler, même si j’essaye de me documenter sur la question. J’ai évidement lu « la bible » en la matière avec le livre de Denis Riché : Guide nutritionnel des sports d’endurance. J’ai également eu la chance de suivre pas mal de conférence, ainsi que des échanges avec des médecins spécialisés en micronutrition. Enfin, une connection mensuelle sur nutri-site.com permet de rester au top !

Nutri-site : Es-tu parfois sujet à des carences (fer, magnésium, etc) ? Si oui comment fais tu pour d’une part anticiper les périodes à risque et d’autre part combler le manque quand la carence est installée ?

Thierry Gueorgiou : Je n’ai quasiment pas de carence. L’an dernier, j’avais fait une analyse de sang assez poussée (Probiox) permettant de mesurer le bilan de stress oxydants, ainsi que pas mal d’oligoéléments. Au niveau des oligoéléments, il n’y avait qu’au niveau du cuivre où je n’étais pas dans la norme. Au niveau du fer, je suis toujours à la limite inférieure, mais je n’ai jamais de période où je reste épuisé sur une longue durée.

Nutri-site : Est-ce que la diététique est un domaine qui t’intéresse particulièrement ou le fais tu avant tout parce que ton activité sportive intense t’y oblige ?

Thierry Gueorgiou : Evidement, la diététique est un domaine qui m’intéresse car même si je ne faisais pas de sport de haut niveau, la qualité de la ration alimentaire est un gage de bonne santé et de bien être qui mérite donc d’y porter attention.

Nutri-site : Le poids est il une « obsession » pour toi ? Une contrainte ?

Thierry Gueorgiou : Je suis un adepte des pesées régulières sans que cela tourne à l’obsession. Je vois cela plutôt comme une nécessité. Un kilo de superflu peut coûter cher quand les courses se jouent à quelques secondes. Donc j’essaye vraiment de mettre tous les atouts de mon coté, pour ne pas avoir de regret une fois la ligne franchie et être à son poids de forme le jour J en fait partie.

Nutri-site : Comment te ravitailles-tu en course et avec quoi (solide, liquide) ?

Thierry Gueorgiou : En CO, sur les courses de plus d’une heure, on a des ravitaillements en forêt, à certains postes. Généralement, on y trouve eau et boisson énergétique. Personnellement, j’adopte plusieurs stratégies suivant les conditions de courses et le terrain. Parfois, je pars avec un camelback avec une boisson énergétique Squeezy. Sinon, j’essaye de prendre deux ou trois gels Squeezy dans ma poche.Mais pour être honnête, c’est très difficile d’effectuer un bon ravitaillement en course d’orientation.
Les ravitos sont souvent placés aux postes et c’est aussi un moment clé techniquement où l’on peut perdre beaucoup de temps si on n'est pas suffisamment concentré. Donc ça m’arrive régulièrement de franchir la ligne, après 1h30 au carton où je n’ai pas eu une seconde pour souffler, sans avoir touché un Squeezy de ma poche.

Nutri-site : Ton sport exige une très bonne vivacité d’esprit, un sens aiguë de l’itinéraire, une intelligence de course et une mémoire visuel importante malgré la fatigue qui s’installe. Crois-tu que l’orienteur pourrait faire appel à une diététique (micronutrition) orientée sur le psychisme et le cerveau ex. favoriser des aliments reconnus par leur qualités stimulantes (ex café, phosphore, compléments stimulant comme le ginseng, ginko biloba etc ) ?

Thierry Gueorgiou : C’est possible, Denis Riché conseillait une cure en Lécithine de Soja dans son bouquin pour tous les sports avec une intense activité de concentration. Mais honnêtement après avoir essayé pendant un temps, je n’ai pas vraiment réussi à sentir un réel bénéfice. C’est vraiment complexe de faire la part du réel et du psychologique dans cette approche. Donc, du coup, je n’ai pas vraiment poussé l’expérience.

Nutri-site : As-tu déjà tenté des méthodes nutritionnelles particulières (régimes, entraînement à jeun, cure protéinée, prise de compléments etc.)

thierry gueorgiou coThierry Gueorgiou : J’effectue régulièrement des sorties d’entraînements à jeun. L’objectif est double, ces séances permettent d’atteindre ou de maintenir mon poids de forme, mais surtout permettent de travailler sur l’endurance de concentration, nécessaire dans notre sport, plus facilement. Après seulement 40 minutes à jeun, on ressent les mêmes sensations qu’au bout d’1h30 d’effort, le travail de lecture de carte devient particulièrement intéressant à ce moment là, sans forcement exploser son volume d’entraînement.
Sinon, je fais régulièrement, en phase de préparation ou de compétition, des cures de vitamines Isoxan Endurance. Depuis peu, sur conseil de mon médecin, j’essaye de boire l’eau minérale Donat, imbattable au niveau des quantités de magnésium et de bicarbonates, réputés très assimilables par l’organisme.

Nutri-site : Avez-vous un suivi nutritionnel dans votre fédération ?

Thierry Gueorgiou : Au niveau fédéral, il n’y a pas grand-chose. C’est surtout au niveau du Pôle France de Saint Etienne (où sont regroupés la très grande majorité des membres de l’équipe de France) que cela se passe. Au Pôle, les coureurs sont en contact avec une diététicienne et un médecin très au fait des problématiques de la micronutrition.

Nutri-site : Tu as le choix du restau, quelle cuisine choisis-tu ?

Thierry Gueorgiou : Le plus simple : Chinois ! Même à l’étranger, tu sais que tu trouveras suffisamment de glucides (riz) pour l’entraînement ou la compétition du lendemain…et généralement le service est rapide !

Nutri-site : As-tu une petite faiblesse sur un aliment pour lequel il t’es très dur de résister ? (desserts, vin, pizza, sucré ou salé etc)

Thierry Gueorgiou : Pas spécialement, je peux me passer des desserts sans difficulté. Par contre, j’aime bien les barbecues entre amis, et pourrait largement passer l’été prés du feu à faire griller des brochettes…

Nutri-site : Un petit verre de vin (ou autre) de temps en temps ?

Thierry Gueorgiou : Je ne bois jamais d’alcool, même lors des soirées de clôture de championnats du Monde pourtant bien arrosées… Ce n’est pas spécialement par principe, mais plus par goût. Je suis également licencié dans un club Finlandais. Là bas, je suis un vrai extraterrestre, un Français qui ne doit pas de vin ou d’alcool, c’est incompréhensible surtout que les Finlandais ne sont jamais les derniers pour se mettre sur le toit en soirée…

Nutri-site : De quoi se compose ton petit déjeuner exactement ? Et ton repas post course ?

thierry gueorgiou coThierry Gueorgiou : Depuis maintenant quasiment dix ans, je prends un aliment liquide à la place de mon petit-déj d’avant course. Avant je prenais l’aliment de préparation au Muesli de Punch Power, mais depuis deux ans, je suis passé sur la boisson longue durée de Fenioux qui donne exactement le même résultat avec un goût bien meilleur. Ce mode de fonctionnement m’apporte beaucoup de sécurité et un peu plus de confort. A l’étranger, on n’est jamais certain de trouver exactement ce que l’on veut pour son petit-déj.C’est aussi l’assurance de ne pas avoir de troubles digestifs ou d’hypoglycémie en course.
Au niveau du confort, ça permet de retarder un peu l’heure du petit-déj, ce qui n’est pas négligeable pour gagner quelques minutes de sommeil pour les départs matinaux. Le repas post-course dépend de la suite du programme de compétitions. Mais assez rapidement après la course, je prends une boisson riche en bicarbonates pour tamponner l’acide lactique (type Donat ou St Yorre) et une boisson de récupération (Punchpower). Plus tard, je veille à assimiler une bonne ration de protéines, d’acides gras et de glucides.

Nutri-site : Y’a-t-il un geste diététique que tu respectes scrupuleusement ?

Thierry Gueorgiou : Il y a beaucoup de petits gestes au quotidien qui sont devenus une telle routine que j’ai du mal à m’en rappeler. Avant les compétitions, je veille toujours à assurer la bonne recharge de mes stocks de glycogène à J-3, éventuellement avec l’aide de boissons énergétiques permettant également d’assurer une bonne hydratation.

Mieux connaitre Thierry Gueorgiou http://www.tero.fr/

 thierry gueorgiou co