Interview Julien Loy (Triathlon) - 11/2007

Julien Loy est champion du monde de triathlon longue distance 2007. Le triathlon, sport exigeant qui concentre 3 disciplines énergivores sur le plan calorique, nécessite une hygiène de vie appropriée. On ne naît pas champion du monde, on le devient à force de travail, de sacrifice et de motivation, principes que Julien applique avec ferveur et professionnalisme pour atteindre ses objectifs. En tant que sportif responsable, la diététique fait partie de ses priorités, mais sans prise de tête...

Nutri-site : La diététique c’est important pour toi ?

Julien Loy : Actuellement je suis en coupure, donc je me refais une santé et je mange ce qui me plaît, sans limite. Ca fait 1 mois que ça dure et j’ai pris 4 à 5 kilos environ. Je trouve que la diététique est importante bien sûr mais je veux éviter de basculer dans le nombrilisme, et être continuellement obsédé par mon poids.

Nutri-site : Sport de haut niveau et bonne bouffe ne sont pas si incompatibles, finalement ?

Julien Loy : Disons, que l’on doit être mesuré dans ses choix alimentaires mais éviter les contraintes nocives pour le corps et pour la tête. J’ai vu qu’avec une contrainte alimentaire trop forte, tu peux vite basculer dans l’anorexie. Beaucoup de sportifs et de sportives, pensent que la maigreur est synonyme de performance, alors que maigrir trop et trop vite, fait perdre pas mal de muscles et donc de la puissance au final.
Le sportif ou la sportive qui se prive, va vivre une période euphorique, que ses bons résultats vont conforter dans ses choix, mais connaîtra dans la foulée une période d’affaiblissement plus marquée voire dangereuse pour sa santé.
Dans ce genre de situation, l’athlète se persuade qu’il faut encore perdre davantage, pour avoir de bien meilleurs résultats. Son image extérieure et ses repères peuvent se brouiller et c’est l’effet boule de neige.

Nutri-site : Tu ne fais pas vraiment attention à ton alimentation ?

Julien Loy : Je fais un sport tellement exigeant et qui me demande tellement d’énergie, que j’ai besoin de la matière première pour tenir le coup, de plus, j’ai un gros appétit ! Evidement, je ne me gave pas de Macdo ! Je connais les bases d’une bonne diététique et je pense manger ce qu’il me faut en terme de féculents et de légumes, mais je ne me prive pas non plus sur les à-côtés. D’ailleurs Noël est souvent un carnage pour moi !!

Nutri-site : Concrètement, comment te nourris-tu la semaine d’une compétition ?

Julien Loy : Les 3 derniers jours, j’évite tous les aliments filandreux, que ce soit les viandes ou les légumes (laitue, céleri…) car une digestion lente peut avoir un impact direct sur la course à pied. Ensuite j’utilise du Carbo lode de chez Leppin pour m’aider à faire le plein de glycogène.

Nutri-site : Es-tu un adepte de toute sorte de régime sportif ?

Julien Loy : Non ! A une époque il y avait beaucoup de bruits autour des régimes hyperlipidiques, qui étaient soi-disant bons pour les sports d’endurance. Je m’y suis intéressé de loin, mais j’en suis revenu depuis.

Nutri-site : A quoi ressemble ton alimentation au quotidien ?

Julien Loy : Le matin je suis très beurre miel et/ou confiture sur du bon pain.
Pas mal de féculents à midi pour encaisser la deuxième séance de sport quotidienne et moins de légumes et puis j’inverse la tendance au diner.
Je fais aussi appel à un complément alimentaire multivitaminé, pour m’aider dans les périodes intensives qui sont lourdes à "encaisser".
Aujourd’hui j’ai pris pas mal de gras, ce qui va me permettre de passer l’hiver comme les ours, à taper dans les réserves…

Nutri-site : Tu n’as jamais de carence ?

Julien Loy : Non, hormis le fait que je dégrade énormément de protéines. Cela m’oblige à compenser par des aliments qui en sont riches comme les viandes. Je fais 3 cures de radis noir bio par an, pour drainer le foie et éliminer ses toxines. Lorsque je suis malade je prends du miel naturel et je me repose.

Nutri-site : Ton petit déjeuner avant la course ?

Julien Loy : 1 café et 1 Gatosport©  Overstim très digeste.

Nutri-site : Es-tu bon cuisinier ?

Julien Loy : Pas fameux ! Mais je suis imbattable pour étaler le Nutella sur les tartines … (rires)

 

Crédit Photos : D. Aubert, V. Tamburini, P. Courazier, ITU

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les maladies rares du sportif

La carrière d'un sportif, c'est un peu comme le tranchant d'une scie. Des pics de forme alternent bien souvent avec des "déprimes physiques" qui altèrent sans cesse le système immunitaire.
Petit tour d'horizon des maladies auxquelles sont pré-disposés les athlètes.

Lire le dossier