Test veste étanche Columbia Compounder II schell

Publié le 09/05/2013



Veste testée : The compounder II Shell 2013 avec technologies Omni DRY et Omni-Wick EVAP par COLUMBIA SPORTSWEAR


L'argument de vente du Fabricant
Dry Inside and Out !
"L'Omni-Dry est le nec plus ultra de la technologie imperméable. L’air peut circuler à travers le tissu, ce qui aide à réguler l’état du vêtement en empêchant l’excès d’humidité de s’accumuler à l’intérieur. En même temps, il maintient ses propriétés coupe-vent et imperméable. La technologie Omni-Dry vous garde au sec à l’intérieur comme à l’extérieur lors de vos activités physiques intenses, quelles que soient les conditions climatiques."

>>Lire notre actualité COLUMBIA pour les caractéristiques techniques de cette veste.

Notre avis après Test...


Look et allure
D'entrée de jeu nous avons trouvé les couleurs sympas, certes un peu classiques mais de bon goût. Ce qui nous a dérangé principalement c'est le taillant du M qui peut aisément être considéré comme un L, Columbia taille grand que ce soit pour les chaussures ou les vêtements, qu'on se le dise ! Un petit essai avant achat s'impose donc !
Quelques footings et randonnées dans une période de brume et de pluie fine lancent idéalement notre série de tests grandeur nature de cette veste Columbia compounder II Shell.
Rapidement on remarque que le textile vit, entendez par-là que le textile est un peu bruyant en action. Un bruit de papier froissé qui peut gêner ceux qui veulent un peu plus de communion avec la nature sans subir ce froissement incessant, certains aiment le bruit du textile en action (si, si), d'autres préfèrent la discrétion dans le vêtement, à vous de choisir.
Passé ce détail sonore, nous voilà partis équipés de cette Columbia affronter ce crachin breton bien savoyard que la météo nous annonce pour plusieurs semaines, ainsi que les douches écossaises du pays de Galles pour un trek printanier de 2 jours.
De par une taille un peu tronquée, la veste donne cette impression de flottement, pas très près du corps en tout cas, certains comme les traileurs y verront du négatif : prise au vent, allure non esthétique quand d'autres plus typés randonneurs apprécieront la possibilité de glisser à l'intérieur une couche chaude en plus, de type veste en duvet pour braver des conditions froides où le thermomètre flirte avec le négatif, le tout sans se sentir engoncés.

Après quelques longues heures d'utilisation du zip central qui coulisse parfaitement, le maintien de la capuche une fois zippée jusqu'en haut est assez moyen en trail. En effet la capuche tape le sommet du crâne en course à pied contrairement à celle de la TARGET AERO de chez Eider qui reste gainée, ce qui n'est pas très confortable pour le traileur n'est sans conséquence pour le randonneur. Cet aspect n'affecte cependant pas la vision périphérique qui reste correcte.

Côté finitions Il est à noter l'absence de fermetures étanches en dessous de bras, peut-être pour faciliter la respiration des aisselles car zip classique plus aéré, ou bien par souci d'économie de la marque ou encore pour une question de poids ? Toujours est-il que cela donne au tissu plus de souplesse et rend agréables les mouvements. Les zip sont faciles d'emploi mais aussi très longs, on peut donc ventiler à volonté en cas de besoin intense et nous on a aimé ça. 

Les manches ont tendance à faire des plis, ce qui ne participe pas, encore une fois, à donner à l'ensemble de la veste une parfaite tenue de route, ni même à lui donner cet aspect impeccable même en action ; là aussi tout est question d'approche esthétique, mais ce dernier critère participe pour beaucoup au choix final de nombreux traileurs, pas vrai ?.
Une fois desserré à fond le cordon de serrage ourlet de la taille, on se retrouve avec un effet jupe large. La forme circulaire et non morphologique de l'ourlet amène à trop de contact avec les cuisses lors de foulées amples ou pour gravir des marches assez hautes. Ce point de contact répété favorise aussi le contact et ruissellement direct de l'eau sur les membres inférieurs. Sur une heure de pratique rien d'embêtant (quoique!) mais après plusieurs heures de marche sous la pluie le détail prend plus d'importance surtout si le pantalon n'est pas complètement étanche. Ces aspects peuvent contrarier les personnes qui aiment que les vêtements se fassent oublier sur le corps.
Une fois serré, ce cordon de la taille ne cisaille pas la hanche et est plutôt agréable tandis que les boucles de serrages sont à notre goût trop petites à manipuler.
Pour rester sur la question de la longueur on aurait aimé que les fesses soient encore mieux protégées, Columbia ayant pourtant allongé cette partie. Plus de longueur aurait été parfait notamment pour les trekkeurs qui portent des sacs qui généralement font incessamment remonter les vêtements et
découvrir le dos aux éléments.
  

A noter l'absence du système intérieur d'accroche portemanteau. Un oubli ? Une économie ? Là aussi détail mais...

  

Côté pratique Cette compounder II Shell a quelques atouts dans ses manches...
La veste bénéficie d'une double poche intérieure avec filets aérés. Larges et idéales ces poches sont pratiques pour y glisser une carte IGN ou plusieurs barres énergétiques. Attention toutefois de ne pas trop les charger pour ne pas aggraver la pression sur les cuisses comme abordé plus haut et de ne pas ressentir de gêne lorsque la sangle ventrale du sac à dos est attachée.
La poche poitrine au zip étanche située côté coeur et à l'intérieur en filet, peut accueillir un téléphone muni d'écouteurs ; en effet un accès depuis l'intérieur permet d'écouter au sec sa musique préférée, seul hic le filet intérieur ne protège pas de la condensation émanant du corps, appareils fragiles s'abstenir.
Un protège menton au patch souple et doux évite l'abrasion, c'est un vrai plus confort.
Une sorte de baguette rigide et flexible à la fois est insérée dans la visière et permet de régler à volonté la périphérie de la capuche. Même après un séjour prolongé dans un sac de sport et "pliée" en boule, cette visière reprend parfaitement la forme que vous souhaitez lui donner.
La glissière centrale bidirectionnelle permet l'ouverture en fente depuis le bas. Ce qui est très pratique lorsque saucissonné par toutes les sangles d'un sac à dos l'on souhaite rafraîchir le corps en plein effort sans détacher les attaches du sac.

La boucle de serrage capuche est discrètement cachée sous un rabat.
                                        
 

Confort et pluie
C'est une veste légère et assez bien compressible, 420 grammes sur notre balance en taille M.
Cette Columbia Compounder II Shell offre une très bonne protection contre le vent comme la plupart des vestes de grande qualité sur le marché.
La Columbia développe de la condensation à l'intérieur et ce malgré un système Omni-Wick EVAP® qui disperse l’humidité corporelle grâce à sa construction sur laquelle un apprêt représentant des cubes en 3D vient légèrement en surimpression du tissu intérieur de la veste. Il ne faut donc pas hésiter à ouvrir les très bonnes aérations aisselles et les larges poches frontales pour obtenir une ventilation parfaite, surtout lors d'une montée de col en trek ou encore d'une longue accélération en entraînement trail et/ou en atmosphère humide et chaude de type hammam rencontrée en rando tropicale.
 

Par forte pluie l'aspect de la veste donne cette impression d'être réellement détrempé très rapidement, la résistance à la forte pluie n'est pas son point fort, alors que l'intérieur résiste assez bien, les manches prennent l'eau en premier.
Le séchage est un peu plus long que pour la TARGET AERO (Eider) malgré les cubes en 3D qui servent de conducteur permettant à l’eau de s’étendre sur une plus grande partie de la veste et donc de sécher plus rapidement. C'est un facteur à prendre en compte pour une randonnée de plusieurs jours par une douche écossaise. Notre test séchage radiateur sur produit neuf ayant lâché son verdict !

Nouveauté 2013
"Version 2013 quasi identique au modèle 2012 qui avait très bien marché, pas d'améliorations majeures ni d'évolution constatées en dehors des coloris, d'un zip poitrine plus facile d'utilisation car dans l'axe et des empiècements répartis différemment".

On a aimé
Les petits détails techniques et pratiques (visière flexible, accès écouteurs internes, protection menton, zips longs en dessous de bras, compatible avec un casque montagne ou VTT).
Grande liberté de mouvements, confortable dans l'ensemble et son prix raisonnable comparé à la qualité du produit en font un partenaire de vos plus belles activités outdoor.


On a moins aimé
Le bruit en action, des coloris classiques, une tenue de route moyenne surtout en trail et le hic une condensation intérieure.
Toujours pas de zip étanches sous les bras !

On conseille :
Cette Compounder II Shell omni Dry et Omni wrick de Columbia, est une bonne veste, confortable par tous temps et réservé pour la randonnée en moyenne montagne et le trek plutôt que pour le trail. On évitera toutefois l'exposition aux pluies fortes et prolongées.
Prix public conseillé: 249.95€ (pas de hausse de prix constatée pour ce modèle 2013)

Découvrez et achetez vos vêtements de sport sur Irun.fr


Les Petits + qu'on aimerait voir sur une veste étanche
Un stretch à l'arrière de la tête pour mettre la capuche avec une main surtout quand le zip central est déjà fermé jusqu'en haut.
Une réduction de l'épaisseur de la capuche au niveau des 2 oreilles pour mieux entendre les bruits environnant, trafic routier, faune, compagnon de course etc.. pour plus de sécurité et de plaisir.
Des manchons pour les poignets comme il en existe beaucoup maintenant sur les vestes de ski alpin, pour plus de confort et de chaleur.



>> Retrouvez tous nos tests produits sport sur ce lien <<
Nutri-Site