Test Chaussures MERRELL Mix Master Aeroblock

Publié le 09/12/2012


Testeur : Ludovic Favre 
Profil et condition du test
Période octobre – novembre 2012
Testeur: 40 ans, 1,79m, 78 kg
Terrain : forêt, sous-bois, single track avec présence de pierres. Sol souvent mouillé. Quelques kilomètres sur sol dur (bitume).
Distance parcourue : 165 km environ par sorties d’une quinzaine de km chacune. Plus longue distance 27km.

                              

Découvrez et achetez au meilleur prix des chaussures de running sur Irun.fr

>> Retrouvez tous nos tests produits sport sur ce lien <<


Aspect de la chaussure :

Un look sobre, peu chargé en couleurs; donc très passe-partout mais un peu triste quand même avec cette dominante de gris, le modèle MIX MASTER PARROT quant à lui à des couleurs plus vives. Une impression de finesse dans la construction lorsque l’on pince l’épaisseur de la chaussure entre le pouce et l’index. Le pare-pierre est assez rigide, par contre les flancs de la chaussure paraissent très dépouillés. (-/+)

Le laçage :

J’ai pas mal zappé entre les marques et les systèmes de laçage, tous plus brevetés les uns que les autres. Une chose est sûre : rien ne vaut le système classique des lacets, s’ils sont assez longs (pas comme sur mes La Sportiva). Le chaussant étant souple et proche du pied, le laçage permet d’ajuster la chaussure sur toute la longueur du pied de façon à ce qu’elle l’épouse. Lors de mes sorties j’ai bien entendu dû refaire le laçage une ou deux fois. Une double-boucle, et cela ne bouge plus. C’est bête à dire mais un laçage qui tient, c’est primordial, tout le comportement de la chaussure en dépend. Qui plus est (mais 165 km c’est, je pense, un peu court), je n’ai pas remarqué d’usure sur les lacets. (++)
                                             

Le chaussant :

la grande souplesse du chaussant, une autre qualité de ce modèle. Là-dessus mon avis a évolué, pour ne pas dire a changé au fil des kilomètres. Avec mes chevilles fragiles, je suis en en recherche de chaussant plutôt rigide, j’ai besoin de me sentir tenu, au ferme. Autant dire que mes premiers kilomètres dans les Merrel étaient plutôt hésitants.  J’étais méfiant et avais un grand besoin de m’acclimater. Eh bien on s’y fait ! Même moi ! J’ai fini par apprécier ce qui manque à certaines marques venues de la route et qui glissent vers le trail : ici la souplesse ne se traduit pas par un chaussant fuyant dans les situations critiques (dévers, descentes). Le pied ne bouge pas. Je veux y voir les qualités du matériau (tissu), pas si élastique que cela, et c’est tant mieux ! Un matériau qui m’a bluffé par un autre aspect : son imperméabilité (jamais eu les pieds mouillés après avoir couru sous la pluie et dans la neige). En plus, la chaussure se nettoie avec une facilité déconcertante. (++)

L’amorti et le dynamisme :

le drop peu élevé (4mn) en fait une « gentille barefoot ». A mon avis la chaussure rêvée avant d’aller vers quelque chose de plus radical. L’amorti au talon n’est pas celui d’une chaussure classique mais je l’ai trouvé « correct », pourvu que le sol choisi reste meuble. Sur le sec c’est moins agréable, et il faut se forcer à un appui de foulée porté sur l’avant du pied. Là aussi l’amorti est présent, sans plus. Personnellement ce n'est pas une chaussure pour accumuler plusieurs dizaines de kilomètres en tapant du talon. Attention blessure !
Mais  j’avoue avoir pris un « pied » certain en sous-bois, sur terrain vallonné et sol meuble. J’ai une pose de pied « plate » mais en me forçant à aller chercher l’avant, j’ai apprécié le renvoi (même si je ne suis pas du genre à mettre beaucoup de puissance) et la légèreté de la chaussure. (-/+)

                                   

La stabilité : 

Aie, aie, aie ! Je ne vais pas être tendre avec la semelle. On voit bien, à la regarder, que Merrel n’a pas tout misé dessus. Bien dommage ! Crampons cylindriques identiques de l’avant à l’arrière du pied, aucune différenciation des crampons en fonction de la portion du pied en contact avec le sol (talon, plante, pointe, extérieur ou intérieur du pied)… je la trouve très en retrait par rapport aux autres qualités de la chaussure. Lors de mes sorties, ce manque d’adhérence a été le plus flagrant sur la pierre. Grosse méfiance donc en descente. A la montée la critique est moins vive mais un cramponnage spécifique pour l’accroche n’aurait pas été de trop. Par manque d’assurance, on se retrouve à chercher l’adhérence jusqu’à la moitié du pied alors que l’appui sur les seuls orteils devrait suffire. A noter tout de même, la capacité de la chaussure à rester en place lors des dévers, on n’a pas l’impression que la semelle remonte à l’intérieur du pied. C’est déjà ça !  (-)

Bilan :

Les + : chaussant qui épouse bien le pied et tient en place, polyvalence, chaussure légère (227gr)
Les - : semelle trop glissante


Découvrez et achetez au meilleur prix des chaussures de running sur Irun.fr


 


Merrel utilise la techonologie AIR CUSHION®  
Un insert breveté Merrell Air Cushion® qui absorbe les chocs et accroît la stabilité. L’Air Cushion® est comprimé sur le talon pour absorber les chocs jusqu'à quatre fois le poids du corps pour un maintien et un confort inégalé.



 

>>>>Lire le communiqué de presse de la série MIX MASTER


                                        Liste des revendeurs et online store MERRELL


Nos autres tests chaussures et sport

Découvrez et achetez au meilleur prix des chaussures de running sur Irun.fr

>> Retrouvez tous nos tests produits sport sur ce lien <<
Nutri-Site