Test sac Asics Lightweight Trail Backpack

Publié le 01/11/2013


                                       



Conditions du test :
Vallée de Chevreuse (78) – Octobre 2013 – Forêts et chemins très boueux – Ambiance presque tropicale  (+20°) et orages et 7° le lendemain matin - Singles et un peu de bitume. Endurance et fractionnés courts et un trail +400m de dénivelé. Au total : 13h de tests et seulement 2h30 avec la poche à eau (la valve de celle-ci ayant rendu l’âme ! !)

>> Retrouvez tous nos tests produits sport sur ce lien <<


Description du fabricant :

  • Sac taille unique, unisexe.
  • H : 44cm,
  • L 23cm,
  • Prof 3 cm
  • Poche à eau : 1.5 litres.
 - Tissu Ripstop imperméable et fermetures étanches.
 - Poche principale avec fermeture et 2 compartiments dont l’un pour une poche à eau (maintien par une sangle à pression).
 - Une poche verticale sur le côté avec fermeture. Passage à droite ou à gauche pour le mp3 et le tuyau.
 - Deux poches à fermeture sur la ceinture bas de taille de chaque côté.
 - Deux poches extensibles sur les sangles d’épaule en mesh pour bidons. A gauche devant une poche ouverte en filet mesh et à droite une poche à glissière de forme ovale.
 - Bandoulières ergonomiques doublées en mesh respirant, dos entièrement rembourré avec deux coussinets respirants.
 - Deux sangles poitrines réglables, dont une avec sifflet et une sangle taille réglable des deux côtés.
 - Détails logo Asics réfléchissants.
 - En bas du sac une fixation pour LED.
 - 2 élastiques portes-bâtons
 - Prix : 60€

 

Notre test

Finitions : bonnes même si quelques fils dépassent dans le mesh du dos et des sangles de la taille. Sac très léger utilisable bien sûr sans la poche à eau, et (cela s’avèrera obligatoire par la suite) avec d’autres marques de poches à eau grâce à la petite sangle à pression qui pourrait s’adapter sur d’autres marques. Couleur noire et gros logo « A » marron glacé sympa, et stop fermetures orange fluo. Dommage que le gros « A » dans le dos ne soit pas réfléchissant car utilisé un soir ce sac n’est absolument pas visible par les phares des voitures.

Premières impressions : ce sac est vraiment très très petit (3 litres), plus petit que mon sac poche à eau habituel. Moi qui avait peur d’être ridicule en testant un « sac trail de montagne » me voilà rassurée. Je constate la présence de multiples poches et ça j’adore ; cependant une n’est pas accessible (sur le côté) sans enlever le sac et les 2 mini poches le long de la taille ne sont là que pour accueillir un « très petit » gel ou une mini barre. Eventuellement y mettre vos clés de maison de petite taille, mais de grosses clés de voiture ou même une clé-badge ne rentrent pas. Ces deux poches font un peu gadget.

Deux autres poches « pliantes grâce à un scratch» en mesh, insérées devant sur chaque bretelle peuvent intéresser les ultra trailers : en effet il est possible une fois ces poches dépliées d’y insérer 1 bidon de 500ml de chaque côté. Ce sac a tout d’un grand ! (Je n’ai pas testé en réel les bidons car c’est pas mon truc – pas compatible avec ma poitrine ! !-) ;
le test effectué dans mon salon me laisse à penser que les bidons remplis, donc lourds, en descente doivent remonter et cogner le menton car ils sont placés un peu haut. Mais c’est peut-être parce que je n’ai pas l’habitude. Ces poches peuvent transformer ce sac en un  sac d’ultra (poche à eau 1.5l et 2 bidons 500ml) : on a de quoi voir venir le prochain ravitaillement. Attention : prévoir pipettes pour boire aux bidons car il est impossible en courant d’enlever les bidons de leur poche qui est taillée « très près du corps ». Le mesh ne laisse aucun millimètre ; il faudra prévoir un peu de temps pour le remplissage au ravito (éventuellement enlever le sac carrément me paraît plus rapide et permettra de remplir également la poche à eau).

Je sors et rince le tuyau et la poche à eau : celle-ci me laisse un peu perplexe ; on dirait par la couleur bleue turquoise et le système de fermeture orange une poche « Source » mais je pense que c’est une copie car la pipette ne ressemble pas du tout aux Source que je connais et il n’y a aucune inscription comme c’est le cas sur les vraies Source.
La pipette ne m’inspire pas du tout : il y a une fente et si votre bouche n’est pas dans le sens perpendiculaire et bien rien ne se passe. Faudra penser à mettre la pipette dans le bons sens ! ! Rien n’est prévu pour bloquer le tuyau une fois sorti du sac c’est pas top ça pour un sac avec une poche à eau. J’ai dû cogiter (un peu…) pour bloquer le tuyau sous la première sangle haut de poitrine afin qu’il ne se promène pas trop à chaque foulée.

Après avoir testé le sac à vide et lors de deux entraînements basiques mais poche à eau pleine (difficile avec cette pipette de faire le vide d’air de la poche…. il m’a fallu m’y reprendre à plusieurs fois – à noter que sur mes autres poches cela se fait en 3 aspirations et hop ! !), j’ai dû effectuer les réglages des sangles : en effet le sac étant taillé pour « hommes » malgré la mention du fabricant « unisexe », j’ai dû les serrer au maximum et celles-ci dépassent et bougent beaucoup (+frottement sur les bras pour celles de la taille). Réglages nécessaires un peu longs tout de même. Par contre je n’ai trouvé aucune solution pour les sangles poitrine certes réglables mais malheureusement pas « auto-bloquantes » ce qui fait remonter la sangle du bas vers le haut mais d’un seul côté. Ce détail agaçant lors de l’entraînement ne m’a pas du tout gênée lors du trail. Par contre j’avais noté une fuite de la pipette lorsqu’elle avait la tête en bas même fermée si on appuie dessus on constate une sortie de liquide assez importante…. On verra bien le jour J.

                         

Un homme de taille normale qui met ce sac devrait mettre bien sûr moins de temps à effectuer tous ces réglages mais étant plutôt « carrée » j’ai été étonnée en serrant toutes les sangles au maximum de ne pas être maintenue un peu plus ! !  (mon sac à eau habituel est un sac « gilet » j’ai donc il est vrai pris l’habitude d’être totalement maintenue ce qui peut au final ne pas gêner un coureur habitué aux sacs à sangles ).

Côté pratique :  un détail m’a étonnée, voire même un peu surprise. En effet, une fois la poche à eau remplie au max il faut arriver à la rentrer dans le sac…. Bon certes je suis blonde mais là quand même j’ai cru que je n’allais pas y arriver. En fait Asics a taillé son sac tellement petit que la poche à eau rentre dans son compartiment au millimètre près. Plusieurs tentatives furent nécessaires pour comprendre qu’au final la sangle de maintien n’est presque pas nécessaire puisque le compartiment est taillé pour la poche. Rien ne dépasse ni ne bouge….
Heureusement le jour J j’étais préparée et pas de soucis. Par contre à part un buff, des gants et un coupe-vent vous ne pouvez rien mettre dans le sac si votre poche à eau est pleine….C’est un peu dommage pour un sac qui peut servir en ultra -grâce aux deux bidons- de ne pas avoir  prévu juste un peu plus de place  pour mettre le kit de survie imposé par certaines organisations d'ultra trail. En été ce sac est de la bonne taille puisque on en met moins.
Certes lors de mes essais il faisait un peu lourd et très humide en Vallée de Chevreuse mais j’ai noté que le dos du sac doublé par deux coussinets très épais avait tendance à garder la chaleur et donc la sueur…Mon t-shirt pourtant technique était trempé à chaque fois au dos et la sueur a même traversé la poche « étanche » du côté et a mouillé un dépliant que j’avais mis là… A noter que ce jour là il ne pleuvait pas du tout et la poche à eau était vide : ce ne peut donc être que ma sueur qui a trempé ce prospectus…. Certes les coussinets rendent le dos très confortable mais je les trouve trop épais.




Jour J : plusieurs violents orages en attendant le départ, mais 17 ° à 9h du matin ça fin octobre c’est plutôt sympa. Je m’équipe, je râle après la pipette qui fuit alors qu’elle est fermée ( ! !) et voilà c’est parti pour +2h de boue et de magnifiques paysages un peu embrumés… J’ai totalement oublié mon sac Asics et les petits inconvénients à l’entraînement des sangles qui bougent en remontant. Par contre dès le début la pipette qui fuit me mouille tout le devant et ce n’est pas très agréable. Le blocage sous la sangle poitrine n’est pas très pratique et surtout le positionnement obligatoire de la bouche dans le bon sens me fait perdre du temps et ça m’agace… A l’arrivée je ferme la pipette et en appuyant dessus je me rends compte qu’elle continue à couler et surtout qu’elle est totalement fendue. En fait elle est cassée….Elle ne l’était pas avant le trail.. Une valve qui ne dure que le temps d’une course ça Mr Asics ce n’est pas normal…..

Conclusions : sans la poche à eau j’aurai mis volontiers 9/10 à ce sac Asics Lightweight Trail Backpack car il est très pratique une fois qu’on a effectué tous les petits réglages « de fille ». Mais avec une poche à eau indigne d’un sac à 60 Euros la note descend à peine à 5/10 car une pipette qui fuit quand on appuie dessus alors qu’elle est fermée c'est énervant et en plus une pipette qui se fend totalement après 2h30 soit c’est un défaut lié à un « lot » soit c’est tout à fait indigne pour une marque comme Asics qui devrait changer de fournisseur de poche à eau. J’aurai également apprécié que le compartiment principal, hors poche à eau, soit un peu plus grand et des coussinets au dos un peu moins épais et enfin une meilleure circulation de la transpiration.
Je conseille volontiers ce sac mais en achetant une poche à eau séparément !
>>>trouver ce sac Asics Lightweight Trail

À propos de la marque Asics
ASICS vient du latin Anima Sana In Corpore Sano, qui signifie un esprit sain dans un corps sain. Kihachiro Onitsuka, le fondateur de la marque, disait: « Tout ce que vous avez à faire quand vous tombez, c'est de vous relever ». Et telle est la philosophie d'Asics depuis 1949, surmonter tous les obstacles et offrir aux sportifs du monde entier la possibilité de donner le meilleur d'eux-mêmes.
Site internet ASICS

                        
>> Retrouvez tous nos tests produits sport sur ce lien <<
Nutri-Site