Régimes amaigrissants : des pratiques à risque

Publié le 25/11/2010


Un contexte propice aux régimes amaigrissants


Aujourd’hui en France, la représentation sociale collective du corps érige la minceur voire la maigreur en modèle de beauté. Face à la demande, les pratiques d’amaigrissement se sont considérablement développées, le plus souvent sans suivi médical, et conduisant parfois à de graves excès.
En effet, la quête de la minceur est susceptible d’entraîner des troubles du comportement alimentaire, notamment chez les personnes les plus vulnérables et les adolescents.
Par ailleurs, le surpoids et l’obésité, touchant respectivement 32 % et 15 % des personnes de plus de 18 ans en France, constituent un problème de santé publique majeur qui justifie, dans un certain nombre de cas, la mise en oeuvre d’un régime alimentaire sous contrôle médical.
Une des conséquences de ces deux phénomènes est le développement de pratiques variées,
incluant de nombreux régimes amaigrissants, mis en oeuvre souvent de façon isolée par les
individus sans justification ni suivi médical.

Un rapport alarmant

L'expertise montre que les régimes amaigrissants, pratiqués sans recommandation ni suivi d'un spécialiste, très largement diffusés auprès du public dans le commerce et sur Internet, présentent des risques pour la santé plus ou moins graves. Il met en évidence des effets néfastes sur le fonctionnement du corps, et notamment pour les os, le cœur et les reins, ainsi que des perturbations psychologiques, notamment des troubles du comportement alimentaire.
L’étude INCA (Etude Individuelle nationale des consommations alimentaires) de 2006-2007 illustre de façon nette l’ampleur de la vogue des régimes.
Selon cette étude, 23,6 % des adultes déclarent suivre ou avoir suivi un régime amaigrissant
l’année précédant l’enquête. Quel que soit l’âge, les régimes amaigrissants se révèlent systématiquement plus fréquents au sein de la population féminine. 60% des femmes et 44% des hommes souhaitent peser moins. Plus de 30% des femmes ayant un IMC14 « normal » et 15 % des femmes minces (IMC < 22) ont suivi un régime amaigrissant pendant l’enquête ou avaient suivi un régime amaigrissant pendant l’année.
Chez les adolescentes de 11 à 14 ans, 47 % souhaitent peser moins.


  => Lire les 160 pages du rapport officiel de l'ANSES  (5,26 Mo)

WWW


      => Lire aussi la news du 3/03/2011 : Résultats de l'étude IFOP sur le régime Dukan 
Cette étude réalisée par l’IFOP, pour le régime DUKAN publie le 1er Mars 2011 des résultats trés favorables à la méthode DUKAN, en opposition avec le rapport de l'ANSES...


                Consulter aussi notre dossier spécial : Choisir son régime

 

 
UniqueHoodia_banners_french01250x250 coaching bootcamp bilan gratuit

Accueil | Nutrition | Sport & Perf | Fitness & Muscu | Bien-Etre & Minceur | Mentions légales 2017©Nutri-site.com | Twitter NutriSiteFacebook Nutrisite