Les accros au sport sujets aux problèmes d'alcool

Publié le 10/10/2016


L'Observatoire 2016 « Les Français et l'alcool », conduit par la Fondation pour la recherche en alcoologie, a analysé la relation entre l'activité physique et la consommation d'alcool. Elle montre qu'il existe une relation entre l'addiction au sport et une consommation problématique d'alcool.
Pour le professeur Philip Gorwood, président du comité scientifique de la Fondation, « les addictions sont extraordinairement comorbides, c'est-à-dire facilement associées. L'association sport et alcool est intuitivement peu compatible, on serait donc plutôt en présence d'une consommation excessive de type " 3ème mi-temps"  », avec des facteurs de risque commun aux deux addictions.
Les autres questions de l'enquête 2016 portent sur les connaissances pratiques liées à l'alcool et les comportements lors de situations à risque (lors des sorties et pendant la grossesse). Une moitié environ des Français déclare faire du sport de manière régulière (52 %) alors que l'autre n'en fait pas (48 %). La pratique régulière est plus souvent le fait d'hommes, plus jeunes et plus souvent actifs que les non-pratiquants. La mesure de l'addiction au sport (test EIA) et de la détection des problèmes d'alcool (test DETA) montre que 5 % des personnes interrogées présentent les critères d'une addiction au sport et 15 % ceux d'une consommation problématique d'alcool.

Les personnes qui déclarent une activité physique régulière ont plus souvent une fréquence de consommation élevée (au moins hebdomadaire) mais moins souvent des problèmes d'alcool. En revanche, les personnes présentant les critères d'une addiction au sport sont presque trois fois plus nombreuses à montrer les signes d'une consommation problématique d'alcool (11 % contre 4 %).
acloll et sport

Addictions : 5 % au sport, 15 % à l’alcool

L’addiction à l’activité physique peut être mesurée par le questionnaire (EAI) Exercise Addiction Inventory (voir en annexe). Dans le cadre de l’Observatoire 2016, 5 % des personnes interrogées présentent les critères d’addiction au sport (soit un score total supérieur à 23 au questionnaire EAI).
Ce phénomène d’addiction au sport touche indifféremment les deux sexes, quelle que soit la taille de l’agglomération dans laquelle ils vivent. Ces Français « accrocs au sport » sont deux fois moins souvent actifs professionnellement et sont beaucoup plus jeunes (37,1 ans versus 45,3 ans).

Pour l’alcool, le questionnaire a mesuré la fréquence de consommation d’alcool et utilisé le test DETA (voir Annexe) qui permet de détecter une consommation problématique. Selon ce test (en 4 questions), 15 % des personnes interrogées présentent un score égal ou supérieur à 2. Ce score signifie que l’on est en présence d’une consommation « à problème », qu’il convient donc de prendre en charge.


Relations sport et alcool : trois fois plus de problèmes d’alcool chez les « accros » au sport

La relation entre pratique régulière d’un sport et consommation d’alcool est complexe. Les personnes qui déclarent une activité physique régulière ont plus souvent que les autres une fréquence de consommation élevée (au moins hebdomadaire pour 57 % versus 43 %). En revanche, ils présentent moins souvent des problèmes d’alcool. Ce résultat rappelle combien la « fréquence » de consommation est un index incomplet de la consommation « à problème » d’alcool. On peut par exemple boire irrégulièrement de l’alcool et avoir des problèmes d’alcool, et inversement. Pour les Français ayant une addiction au sport, leur fréquence de consommation n’est pas plus élevée que celle de ceux qui n’ont pas d’addiction au sport mais ils sont trois fois plus fréquemment exposés à une consommation problématique d’alcool (11 % versus 4 %). La pratique sportive en état d’alcoolisation étant peu probable, les alcoolisations excessives de type « 3ème mi-temps » pourraient être impliquées. D’autre part, ceux qui sont dans l’excès le sont probablement dans plusieurs domaines.


=> Télécharger le communiqué de presse complet 
coaching bootcamp bilan gratuit